Vous êtes ici : Accueil > Temps fort de la circonscription > Ecole des Godeaux (Yerres)
Publié : 7 mai 2012
Format PDF Enregistrer au format PDF

Ecole des Godeaux (Yerres)

PRODUCTIONS DE CLASSE
LORS DU PRINTEMPS DES POETES

sur le thème 2012 « Enfances »

( Interventions de l’Association Alithéa)

ressources sur :http://www.printempsdespoetes.com

Écrire à partir d’une structure syntaxique (Cycle 2 Godeaux)
Si j’étais...

Si j’étais petite comme une miette
Je rêverai d’être galette.

Si j’étais grand comme un arbre
Je pourrais jouer avec les avions.

Si j’étais petit comme un escargot
Je rêverais de manger autant d’herbe que le dinosaure.

Si j’étais grande comme une girafe
Je pourrais avoir le ciel dans ma bouche.

Si j’étais petite comme une souris
Je rêverais d’écraser la terre avec la force d’un éléphant.

Si j’étais grande comme une mamie
J’écrirais des mots la tête à l’envers.

De nombreux poèmes ont été lu et relus :

Pour l’écoute et l’imprégnation
Pour constituer des réserves de mots poétiques
Pour s’inspirer de leur structure.

L’écriture naît souvent de la structure d’un poème d’auteur.

Il faut plus d’un roi pour diriger le monde.
Il faut plus d’une robe de princesse pour être mignonne à croquer.
Il faut plus d’une plume d’oiseau pour chatouiller le ventre des nuages.
Il faudrait plus de deux oreilles pour entendre battre le cœur des pierres.
Il faudrait plus d’une graine pour faire pousser une immense forêt.
Il faudrait plus d’un géant pour que la terre soit en émoi.

Pour grandir
Il faut
manger de la soupe
Disait ma tante Madeleine
Pour grandir il ne faut pas
Croquer le palais sucré des merveilles.

Pour grandir
Il faut
bien dormir
Disait la marmotte des neiges
Pour grandir il ne faut pas
Souffler la bougie du soleil.

Pour grandir
Il faut
faire du sport
Disait le singe accroché aux lianes
Pour grandir
Il ne faut pas courir à l’envers.

Pour grandir
Il faut s’informer
Disait le journaliste du monde
Pour grandir il ne faut pas choisir la mauvaise route
Ne pas y égrener ses yeux.
CE2 « Que dit.... « 
Petit oiseau, que dit le peuplier ?

- Qu’il est amoureux de la lune.

Petite coccinelle, que dit le coquelicot ?
- Qu’il est amoureux de la prairie.

Petite fourmi, que chuchote le caillou ?
- Qu’il voudrait rencontrer la colline.

Petite graine, que murmure la tomate ?

- Qu’elle voudrait être la reine du potager.

Petite goutte d’eau, que chante la pluie ?

- Une chanson d’amour au gros nuage gris.

Et toi petit bébé, que dit ton grand frère

- Que nous avons besoin de nos parents pour grandir.

Petit oiseau, que dit la maison de ces enfants ?
- Qu’elle est un nid d’amour.

Faire grandir un texte :Phrases de plus en plus longues puis de plus en
plus courtes
(Cycle 2 Godeaux)

Pas
A pas
L’enfant marcheur
Découvre le visage étoilé
Des ciels de nuit masqués
Escalade les paroles rythmées du vent
Pour atteindre l’oiseau silencieux du matin.
Il révèle le cœur des sources qui murmurent
Alors tous les secrets s’étirent sous
les vagues de la mer agitée.
La musique du futur sifflote
La flûte de buis
Fait danser les
Heures de
Fête.

Peu
A peu
L’enfant brillant
Change la couleur brune
Du sombre feuillage d’automne
Fait pousser des graines de sagesse
Pour que le bonheur soit plus lumineux
Il illumine les longues heures de la vie
Le temps s’allonge petit à petit
Chaque brindille devient une longue branche
Il n’a jamais peur
De l’obscurité totale
Il est
lumière

Avec une contrainte formelle :

Anagrammes (Cycle 2 Godeaux)

Petit enfant, quand tu seras grand...
Tu seras....

Géant comme un arbre d’Afrique.
Réfléchi comme un canard qui se regarde dans le ruisseau.

Agé comme un livre qui raconte des vieilles histoires.
Neuf comme un papillon qui sort de la chrysalide.
Dormeur comme un doux soleil qui se lève.
Immense comme un ciel infini de bleu.
Rare comme la plus brillante des étoiles.

Des slams Godeaux Cycle 3

Slam :
Nous, les enfants, nos vies sont des commencements
Il nous faudra avancer malgré le mauvais temps, apprendre à lutter contre le vent,
comprendre la vie et aimer le printemps.
Nous voudrions être libres de nous exprimer, que l’on comprenne notre pensée.
Quand on est bien logé, il faut être aussi soigné, dorloté, respecté.
Qu’on nous donne une identité, un nom, un prénom, une cité.
Acceptez que nous soyons nous-mêmes et que tout le monde nous aime.

Slam :
Réfléchis, petit, réfléchis
Parce que sinon tu resteras petit.
Réfléchis et dis aux grands de te donner un beau logement et des matins réjouissants.
Ils devront te nourrir de bons repas et des beaucoup de joie.
Ils faudra qu’ils te soignent quand tu seras malade et aussi t’emmener en balade.
Petit, demande aux grands de t’aimer et de t’écouter car tu as tes défauts et tes qualités, c’est ton
identité.
Tu as le droit de t’amuser avec les copains et de compter les belles roses du jardin.
Tu peux rêver, penser à la beauté des mots et aux miroirs des ruisseaux.
Demande aux grands de vivre en paix et de t ‘apprendre à rester gai.

Des productions de classe libres (Cycle 3 Godeaux)

Quand je serai grand
Au pays des coquelicots
Je marcherai
Dans le sable chaud des chemins.
Je penserai à vivre avec la nature
Tout en faisant des pirouettes
Et en regardant les vieux chênes de la forêt.
Je courrai à travers les prairies fleuries
Je gravirai les montagnes enneigées
Et j’apprendrai le poème de la terre.
Sur cette terre où j’habite déjà
Je construirai une maison en feuillage
Dans laquelle je vivrai
D’amour et de paix.

Un jour, je grandirai jusqu’à l’océan de la liberté
Je saurai travailler avec mon petit cœur
Voyager dans ma tête chamboulée
Et manger des mûres sauvages.

Un autre jour,
Très haut dans le pays des rêves féeriques
Je grandirai jusqu’à toucher les étoiles
Je saurai aussi voler comme un colibri
Tout en sifflotant des airs pleins de douceur
Dans un nid de nuages.

Et le lendemain
J’apprendrai encore à évoluer dans ma vie
Etre responsable de mon doux sourire
Boire toute l’imagination de la terre
Et mettre fin à mes caprices de petit humain
Pas encore autonome.

Tu songes à la graine que tu seras
Mais dans ton cœur il n’y a pas d’idée d’arbre
Juste un peu de passion
Qui va germer au fond de toi
Comme une brindille de vie.

Tu songes à l’adulte que tu seras
Mais sur ton front
Il n’y a pas encore de rides, pas d’espoir,
Juste une flaque de nuit
Qui disparaîtra au fil des jours
Comme l’écume des vagues par temps calme.

Tu songes à la graine, à l’adulte, au travailleur, à
la source, au rocher que tu seras.
Tu songes à l’inspiration que tu auras,
Et tu entreras par la porte des rêves

Dans l’éventail des mots tracés.